interaction de ma cyclothymie avec les autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

interaction de ma cyclothymie avec les autres

Message par ptitbrune le Lun 28 Déc - 15:28

J'ai un tempérament cyclothymique, ce qui veut dire que je suis bipolaire, mais au tout début du spectre.
Mes humeurs fluctuent tout le temps, plus fortement que la normale, mais pas suffisament pour les traiter.
Mes humeurs varient plusieurs fois dans la journée... Je suis infographiste, il parait que la créativité et la bipolarité ont un lien fort. Pour ma part je confirme que c'est intimement lié chez moi. J'aime ma cyclothymie parcequ'elle est hyper soft et a largement plus de positif que de négatif.

J'ai découvert la bipolarité par le biais de mon compagnon bipolaire (BP1). Mon fils a déclaré peu à peu les mêmes symptomes que son père. Chez lui ça a commencé vers 7 ans. J'ai pas mal erré de psy en psy pour lui, chez un enfant c'est plus compliqué car les phases ne sont pas aussi marquées, ce n'est donc qu'à l'age de 11 ans que le diagnostique est tombé : bipolarité juvénile. A cet age la bipolarité est de type cyclothymique, ce n'est que plus tard que l'on saura s'il est effectivement cyclo ou BP1.

Vivre avec un bipolaire est extremement difficile, surtout pour moi qui suis cyclo, et donc sensible. En cherchant sur la maladie, comment aider mon fils, j'ai pu me diagnostiquer et comprendre ce que je vivais moi, relativiser et mettre un mot sur mes etats changeants. Du coup grâce à mes connaissances et une TCC (je recommande vivement pour l'entourage), j'ai pu enlever encore plus les aspects négatifs. Je suis consciente de l'aspect dérangeant de ma bipolarité dans le monde bipolaire, car je suis tout ce qu'un bipolaire aimerait être, n'avoir quasiment que le positif.
Pourtant je sens qu'il faut maitriser l'ensemble, comme un funambule qui risque de tomber à tout moment.

Pour vous faire comprendre cette frontière, entre normalité et maladie, je vais vous décrire les 3 etats que je vis :

MES BAS sont légers. A ces moments là, je me sens comme dans du coton, j'ai peu de ressentis, c'est comme si j'étais anesthésiée, mon cerveau est lent, j'ai des problèmes de mémoire... J'ai une sorte de lassitude, de perte d'envie.
Pour pallier à ça, il faut imperativement que je me pose, que j'en fasse moins, que je note bien les choses à faire sous peine de les oublier et de m'emmeler les pinceaux.
Quand j'étais ado, c'était un peu plus fort, car ne connaissant rien au fonctionnement des humeurs, je me sentais nulle et ça me tirait un peu plus vers le bas. J'avais l'impression que je n'arrivais à rien.

J'ai connu 2 dépressions dans ma vie, la première c'est à la mort de mon oncle. j'étais proche de lui, mais à l'époque on ne soignait pas les dépressions des ados. J'ai trainé un mal-être pendant quelques mois, qui a pu se résorber grâce à l'écoute patiente d'une professeur tous les mercredis et certainement grâce à la cyclothymie qui m'a apporté le haut salutaire.
La deuxième a été le contrecoup de l'internement de mon compagnon pour crise maniaque. Il était tellement dans le déni qu'il m'a harcellée moralement. J'ai fini sous anti-depresseurs pour cause de stress généralisé. Même en pleine dépression je n'ai jamais d'idées noires, ni d'envie de suicide.

MES HAUTS sont plutot trés sympas, légèrement euphoriques, mon cerveau marche à cent à l'heure. Dans ces périodes je suis trés créative, je comprends tout, j'ai accès à ma mémoire de manière incroyable, tout est possible. Pourtant je garde les pieds sur terre, mais je suis capable de mener à bien des projets remarqués par les autres. Je peux prendre des risques, mais le plus souvent ils sont calculés. J'ai comme une alarme quand j'approche de la zone rouge.

Une fois je l'ai franchie, j'ai fais la connaissance d'un homme qui s'est revelé être BorderLine. Je n'ai pas réussi avec lui à maitriser ma vie. Sans cesse il m'entrainait trop loin : pas assez de sommeil, le sexe omniprésent, des dépenses excessives, des tiraillement affectif avec mon fils, consommation de tout en exces... Il m'a été difficile de m'en séparer, car il revenait sans cesse et me faisait recraquer. Je crois que je suis très sensible à la manipulation, et même si je la décèle, j'ai toute les peines à m'en dépêtrer.

Ce qui différencie mes hypomanies des autres bipolaires, c'est que je ne me mets pas en danger, ni financièrement, ni d'aucune manière. Trés tôt j'ai compris les limites de mes humeurs et ai donc en permanance cherché l'équilibre, évité les exces.

Et puis mes humeurs peuvent être MIXTES. Un état mixte, c'est quand vous avez à la fois des symptômes dépressifs et hypomaniaques qui cohabitent. Chez moi cela se manifeste par une grande irritabilité. Car mon corps n'en peut plus, alors que mon cerveau est superactif. Je n'arrive plus à gérer correctement mon emploi du temps. Tout me demande un effort.
Ce qui me rend irritable, ce sont les problemes/choses à faire qui s'empilent alors que je n'ai pas assez d'energie pour les dépiler aussi vite qu'ils arrivent. Résultat, je bougonne, face à une personne qui vient me demander quelque chose, si elle insiste je rale plus fort, si elle continue alors j'explose. Comme dit un trés bon ami, je fais cocotte minute!!!
En fait c'est un peu comme un bouldogue qui grogne pour dire n'approchez pas, car je risque de vous mordre.
Parfois c'est assez terrible parcequ'une personne vient me voir, or comme c'est la nième et j'explose et donc évidement la pauvre ne comprend rien du tout!

Cette irritabilité est vraiment le point noir de ma cyclothymie. Pour autant, même si j'abois, je viens toujours m'excuser après et expliquer. Du coup j'ai peu d'ennemis. Les gens ne m'en tiennent pas rigeur. Avec le temps j'arrive à mieux prévenir les gens en amont, qui du coup n'insistent pas et ça se passe très bien.

Le matin j'ai un état mixte inversé, je suis brumeuse, mon corps va bien, mais c'est mon cerveau qui est dans le coton. Si quelqu'un vient me voir à ce moment, c'est terrible, car c'est toute mon organisation de la journée qui est foutue en l'air. Ca me rend très très irritable. Si on me dérrange, vous pouvez être sûr de retrouver mes chaussettes dans le frigo et ma fourchette au sale! Je me cogne partout. Quelquefois, on me pose une question, et j'y réponds mentalement, s'en me rendre compte qu'aucun son n'est sorti de ma bouche!!! Bref ça fini souvent en cacahouette avec mon entourage... qui fini par m'éviter.

Pour pallier un peu à ça, déjà je prends sur moi, mais surtout je previens les gens en amont, je leur explique bien, ce qui fait qu'ils sont moins surpris et sont plus comprehensifs à mon égard. Afin de ne pas trop les déranger, je me mets dans un petit coin avec mon café et ré-apparait 30 minutes à 1h plus tard à peu près d'attaque.
Même Martin, mon fils, ne s'y risque pas.

Le deuxième point noir de ma cyclothymie, ce sont les moments où l'on ne se sent pas bien, tendu, comme ça sans raison, ça fait parti des symptômes. Sauf que ma réponse pour lutter contre ça, a toujours été la nouriture, ce qui me vaut de friser l'obésité médicale et de devoir régulièrement me mettre au régime! Et puis toujours contre le stress, notre ennemi numéro un, je fume. Ca aussi j'aimerais bien m'en débarrasser définitivement!

Ma cyclothymie reste donc assez soft, peu de conflits, pas vraiment de problème. J'apprend à surfer sur la vague de mes humeurs pour en tirer parti.

ptitBrune

ptitbrune
Grand-bi
Grand-bi

Messages : 938
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 46
Localisation : 78

http://www.bicycle-asso.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: interaction de ma cyclothymie avec les autres

Message par sweetdy le Lun 28 Déc - 17:11

hello

Moi, je trouve rassurant de savoir qu'il existe des personnes au tempérament cyclothymique qui arrivent à n'avoir que le côté positif.
Mais je note tout de même que tu as bien de la chance de ne pas être agressive car sinon, tu en aurais aussi les effets négatifs Exploser est une chose excusable comme tu le montres mais agresser, c'est bien autre chose : les gens ont des limites à leur pardon.

Moi, je suis une vraie cyclo et les relations avec les autres, c'est toujours sympa au début, quand on se découvre car cela me met souvent en up, je deviens alors quelqu'un de surprenant. Jusqu'à ce que le down arrive et là, je surprends dans l'autre sens... Et même sans down, je finis toujours par être excessive, trop demandeuse de tout.

J'ai toujours été très agressive, toujours sur la défensive. J'ai toujours eu peur, peur de l'inconnu, peur que l'on détruise ce que je trouve bien. Et la peur, c'est l'agressivité. Tout cela au point que j'en suis devenue insupportable pour mon mari. Heureusement au hasard des évolutions de mon traitement, nous avons découvert une molécule qui me calme. Depuis qu'elle est bien dosée, je ne suis plus agressive, ce n'est pas que je n'ai plus peur mais plutôt que je parviens à prendre du recul pour ensuite si besoin est imposer ma position ou prendre le temps d'évaluer la nouvelle situation. Bien sûr, il reste des gens dont je sais qu'ils sont néfastes à mes peurs, avec ceux-là, je reste sur la défensive en permanence, toujours prête à bondir mais plus posément si l'on peut dire cela.

Depuis mon diagnostic, j'ai appris bien des choses sur la cyclothymie. J'ai découvert, oui DECOUVERT, que certains de mes comportements étaient inadéquats. Alors maintenant, je fais attention, j'essaie de contrôler.

Les thérapies, j'en ai vu l'efficacité sur ma fille, c'était un peu comme un tour de magie ! Mais je me refuse encore à m'y prêter. Je l'aime ma personnalité, malgré tout, je n'ai pas vraiment envie que l'on y touche.
Mes émotions trop fortes, c'est un peu comme une drogue, une drogue à double tranchant comme toutes les drogues.

Encore quelque chose de particulier : dans mes relations avec les autres, j'ai besoin d'avoir une chose, même minime, à admirer. Je ne peux pas nouer de relations durables avec des gens qui n'ont pas un petit rien de respectable. Heureusement, je ne suis pas trop difficile, je me contente de peu. C'est comme si les idées de grandeur que je peux ressentir chez moi lorsque je suis en up, j'avais besoin de les projeter sur les autres, de les mettre à égalité avec moi. Les gens ne comprennent pas toujours même si je ne les glorifie que rarement avec des mots. Cela doit passer par la communication non verbale, je ne sais pas.

Sweetdy


Dernière édition par sweetdy le Lun 28 Déc - 17:13, édité 1 fois (Raison : il manquait la signature !)


cyclothymique maman d'une fille au tempérament cyclothymique de 13 ans
http://bicyle.forums-actifs.com/je-me-presente-f1/bonjour-de-sweetdy-t14.htm


http://delphinedy.com
http://delphinedy.com/livres/taptapmaman

sweetdy
Grand-bi
Grand-bi

Messages : 273
Date d'inscription : 02/11/2009
Age : 45
Localisation : centre

Revenir en haut Aller en bas

Re: interaction de ma cyclothymie avec les autres

Message par Chrys le Mer 20 Avr - 9:01

@ PtitBrune
Votre temoignage est saisissant et particulièrement touchant!!
Je vie avec un cyclo depuis 20 ans (diagnostiqué il y a 2 mois par EH) et j'ai tendance à faire des rétrospectives de nos 20 dernières années passées ensemble (Lamictal a pris le relais de mon attitude "béquille" depuis 2 mois et j'ai l'impression de me retrouver face à moi-même maintenant, ça fait bizarre..bref) et me demande comment j'ai pu supporter autant de comportement excessifs chez lui...Je l'aime bien sûr!
Donc découvrir que l'on peut être cyclo et bien le vivre...c'est déroutant pour moi..et en même temps, dans le doute que l'une de mes filles soient cyclo, cela m'encourage véritablement dans l'espoir que si elles ont ce "trouble" qu'elle le vive aussi bien que vous, même si il a des période plus difficile...

Chrys
Roulettes
Roulettes

Messages : 7
Date d'inscription : 19/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: interaction de ma cyclothymie avec les autres

Message par ptitbrune le Mer 20 Avr - 10:53

hihi tu sais, j'aimerais bien qu'avec Bicycle et du temps, les gens "normaux" regrettent de ne pas être cyclo !

"nan t'es pas cyclooooo mon pauvre!!!"

je voudrais un jour qu'on organise une bipocyclo-pride.

;-)

Sans plaisanter, c'est vrai qu'il y a des aspects handicapants... et pour certains la balance est malheureusement plus de ce coté.....Mais quand même ya l'autre coté ou vraiment c'est chouette...

Demande à un bipo s'il échangerait sa bipo contre de le normalité.
Je crois que quasiment tous préfèrent payer un peu le prix mais continuer à goûter à la saveur de cette vie plus riche que celles des autres !
Ils veulent juste réequilibrer le dosage et en restant ce qu'ils sont : bipocyclo.

Même nos ptitcyclos disent ça !


Cyclomaman d'un CyclAdo
------------------------------------------
http://bicyle.forums-actifs.com/je-me-presente-moi-mon-enfant-notre-parcours-la-cyclo-chez-nous-f1/ptitbrune-mon-ptitbipo-t107.htm

http://www.bicycle-asso.org/
http://cyclopibipozorus.blogspot.com/

ptitbrune
Grand-bi
Grand-bi

Messages : 938
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 46
Localisation : 78

http://www.bicycle-asso.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: interaction de ma cyclothymie avec les autres

Message par lotulys le Mar 20 Sep - 9:52

Hello



Je remonte ce post car je viens d'en faire la lecture seulement maintenant et ça me parle bien...quoique un peu douloureusement quand même Neutral



Faut dire que tellement absorbée par les troubles de mes enfants, leurs diagnostiques et la gérance du quotidien, je me suis un peu tassée dans ma poche. Ma bipolarité grand-UP-grand-Down me semble loin derrière. Et ce que je prend pour de la stabilité en ce qui me concerne est relative à ces périodes montagnes russes.

En fait...si j'objective un peu, je suis en état sub-dépressif ponctué de mixtes tout le temps. Parfois j'explique naïvement mon ultrasensibilité au fait que le stress m'a "dégainé" les nerfs...sont à nus, fragiles et réactifs.

Alors d'un coup je peux me sentir enragée à réfrener une envie de mordre tout ce qui passe, ou désemparée pour un chti truc qui vient bousculer le minima de paix que je peux trouver dans une journée.

Cette irritabilité dont tu parles Ptitebrune, me semble que je l'ai presque tout le temps. Evidement je tamise, je fais le poing, je m'excuse aussi à chaque fois.... mais bof...



C'est difficile de faire la part des choses quand on vit dedans et avec des troubles tout autour. Difficile de définir "la norme" réactive. Difficile de décréter: non, là c'est l'autre qui dérape, peter un plomb en cette circonstance est tout à fait banal!



Difficile aussi de prendre la mesure de l'usure liée au stress permanent. Contrairement à ce que je croyais, on ne se blinde pas, on s'allergénise Razz Certe on relativise la gravité des problêmes dans certaines situations...mais ça ne blinde pas. L'autre jour une connaissance s'est fait boulotté sa carte banquaire dans le distributeur et à l'entendre s'était la fin des haricots!...c'est le genre de truc qui ne me fait même plus lever un sourcil...



Mais honnêtement je me demande ou sont passées mes hypomanies?

Parties en campagne avec ma fille je suppose.... soupir...



Domage, je comptais un peu sur elles pour repeindre la chambre des nains ou attaquer ma paperasserie en retard. Quand à la créativité...je ne vise même plus l'acte créatif, mais l'état créatif. Un état libéré de ses tensions, simplement bien dans sa peau et pour moi c'est déjà créatif. L'ordinaire devient extra, que demander de plus Laughing



Pourtant j'étais graphiste, dix idées par minute et à la demande! Je peignais, jouais du piano, créais de mes mains à peu près n'importe quoi avec trois bouts de ficelles et un marron...la "Mac Giver" de la créativité qu'on disait alors....arf...ben là, Mac-Giver a pris un sérieux coup dans l'aile et rien qu'à l'idée d'attaquer une fresque dans la chambre des nains, l'ennui me gagne....



Avant c'était le genre de truc qui me faisait saliver...le môme n'avait pas le temps de me déballer son idée que j'avais déjà les pinceaux en main!



Bon, j'arrête de me lamenter pour attaquer la question qui tue:



Ca se traîte docteur? ça va revenir? ...et quoi pour traiter ce qui ressemble à s'y méprendre à des sympômes résiduels dépressifs?

Et quoi faire pour ces insupportables mixtes?

La seule option que j'ai est de m'isoler le temps que ça passe, me proteger des autres, des sollicitations des autres...et les proteger de mon humeur dans le même temps. En leur expliquant, ça va de soit.



bonne journée (enfin j'espère...)Smile

lotulys
Mono-cycle
Mono-cycle

Messages : 92
Date d'inscription : 29/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: interaction de ma cyclothymie avec les autres

Message par ptitbrune le Mar 20 Sep - 14:34

Je ne minimise pas du tout le coté, difficile, poussif de lutter contre la bipolarité. Rolling Eyes

Mais je sais qu'il manque un truc hyper important : c'est le positivisme.
C'est une clé qui permet de s'éviter des crises :

Une des erreurs de base que font tous les parents, moi la première, c'est de pointer tout ce qui est négatif pour essayer de redresser la barre.

En réalité c'est le comportement inverse qu'il faut adopter.

Le positif permet de capitaliser et de changer durablement son comportement, donc sa pensée, donc son humeur, donc son rapport aux autres, donc le rapport des autres avec soi...
Le négatif oblige à lutter, faire le bras de fer... bref c'est la voie royale pour s'épuiser et déprimer... rendre tous le monde nerveux etc...

Pour résumer, cela revient a un lacher prise salutaire assorti d'efficacité :

Exemple :
Mon fils vit actuellement un gros changement de vie, on lui demande de changer radicalement sa manière de bosser, sa vie, son organisation... etc...
C'est difficile, et il faut bien dire qu'il y a eut des ratés...

J'ai commencé par faire comme d'hab... "ça ne va pas, il faudrait etc"...
Lui a entendu : "alors tout est nul, mais pourquoi fais-je donc tant d'efforts pour rien...."

J'ai fini par ne pas en parler du tout et simplement dire que j'étais fière de lui, et qu'il ne s'en était pas mal sorti du tout.

=> Résultat pas besoin de pointer "la *@&!/*" pas besoin de "l'aider à trouver des solutions via des discutions stériles, interminables et usante"
Il fait le brief tout seul, car ça l'a reboosté, et cela lui donne envie de donner le meilleur de lui-même.


Cet exemple, tu peux le transposer à tes enfants, toi-même, tes collaborateurs etc etc...
Dis les choses qui sont bien ... remercie, encourage, félicite... AU MOINS 1 FOIS PAR JOURS!



Cyclomaman d'un CyclAdo
------------------------------------------
http://bicyle.forums-actifs.com/je-me-presente-moi-mon-enfant-notre-parcours-la-cyclo-chez-nous-f1/ptitbrune-mon-ptitbipo-t107.htm

http://www.bicycle-asso.org/
http://cyclopibipozorus.blogspot.com/

ptitbrune
Grand-bi
Grand-bi

Messages : 938
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 46
Localisation : 78

http://www.bicycle-asso.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: interaction de ma cyclothymie avec les autres

Message par ptitbrune le Mar 20 Sep - 14:50

Pour les mixtes ... si malgré le positivisme ça merdouille...

une autre clé c'est l'organisation et l'anticipation :
Un mixte c'est souvent parcequ'on s'en est trop mis sur le dos...

Faut donc mettre des priorités dans son organisation perso (y compris gestion du ptitbipo) et laisser des périodes "je riente"

;-)


Cyclomaman d'un CyclAdo
------------------------------------------
http://bicyle.forums-actifs.com/je-me-presente-moi-mon-enfant-notre-parcours-la-cyclo-chez-nous-f1/ptitbrune-mon-ptitbipo-t107.htm

http://www.bicycle-asso.org/
http://cyclopibipozorus.blogspot.com/

ptitbrune
Grand-bi
Grand-bi

Messages : 938
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 46
Localisation : 78

http://www.bicycle-asso.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: interaction de ma cyclothymie avec les autres

Message par lotulys le Mer 21 Sep - 0:47

oui, je comprend ce que tu dis et les comportements que tu pointes. Et tu as parfaitement raison.



Personnellement je ne suis pas avare en félicitations et en encouragements. Mes enfants en conviennent aussi même si parfois il y en a un qui me fait remarquer que ses bonnes notes ne sont pas des aquis parce qu'il a un gros QI...lol Rolling Eyes et il a tout fait raison.



C'est plus difficile de me retourner un compliment ou un encouragement à moi-même. J'ai cette fichue tendance à ne voir que ce qui est à faire et pas ce qui a été fait...et parfois bien fait. Je manque de mansuétude à mon égard et depuis toujours.

Depuis enfant j'accèpte difficilement les félicitations et les encouragements. J'ai toujours eu l'impression de les "usurper" en quelque sorte. J'avais de la facilité à l'école, en dessin, en musique et en langues...comme on disait à l'époque. Et ça ne me demandait aucun effort. C'est ça qui me rendait amères toutes les félicitations.

Je ne m'accorde grâce que quand ce que j'ai fais m'a demandé un effort à ma mesure.

Ma fille semble avoir hérité du même genre d'esprit. Elle tient beaucoup à une critique objective de son travail, de ses efforts etc.... et elle se fiche éperduement que tout le monde trouve ce qu'elle fait génial.



Là ou réellement le bât blesse, c'est vis-à-vis de l'école, qui ne s'embarasse pas tellement des formes pour pointer ce qui ne va pas .... mais il faut leur tirer les vers du nez pour qu'ils disent ce qui va bien, vraiment bien.

Quand le carnet scolaire est rempli de remarques négatives, les instituteurs attendent des parents qu'ils relaient le message auprès des enfants. Et on se retrouve à dire à son gamin: Tes profs te trouvent très impatient en classe et trop bavard....mais bon, moi je trouve que tu as fait d'énormes progrès dans tes comportements sociaux, continue ça va venir....laisse-toi le temps...



Mais je prend note de la pertinence de ton conseil....je vais traquer dans mes paroles et mes attitudes ces mots qui déchantent l'enfant et l'enfonce plus qu'autre chose.



verbe à conjuguer demain: positiver Smile

lotulys
Mono-cycle
Mono-cycle

Messages : 92
Date d'inscription : 29/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: interaction de ma cyclothymie avec les autres

Message par ptitbrune le Mer 21 Sep - 10:43

te concernant, vu ce que j'ai lu, tu peux largement te faire des compliments!!!
car franchement ya peu de gens qui arriveraient a gérer toute ta smala comme tu le fais!!!

Ok on parle de nos difficultés, de la ou ça bug... mais faut pas hésiter a regarder les choses dans la globalité et là... moi ce que je vois, sur le forum ou avec les parents qui viennent me voir, c'est courage, ténacité, humilité, inventivité....

Je dois dire que je trouve toutes ces familles plus que formidables!!!
Je suis toujours très admirative, et quand je prends le temps de me poser et de réfléchir à tout ça, tout ce courage des uns et des autres me booste!

Sans parler des enfants qui eux aussi ont un sacré courage d'affronter tout cela!

Pour ce qui est de l'école, oui c'est le gros point noir... Normalement si tout va bien, nous devrions commencer des conférences dans les écoles... A priori la 1ère sera sur Paris en octobre!!!
mais je vous en reparlerais...
:-)


Cyclomaman d'un CyclAdo
------------------------------------------
http://bicyle.forums-actifs.com/je-me-presente-moi-mon-enfant-notre-parcours-la-cyclo-chez-nous-f1/ptitbrune-mon-ptitbipo-t107.htm

http://www.bicycle-asso.org/
http://cyclopibipozorus.blogspot.com/

ptitbrune
Grand-bi
Grand-bi

Messages : 938
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 46
Localisation : 78

http://www.bicycle-asso.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: interaction de ma cyclothymie avec les autres

Message par delph le Jeu 20 Juin - 17:43

ptitbrune a écrit:

Une des erreurs de base que font tous les parents, moi la première, c'est de pointer tout ce qui est négatif pour essayer de redresser la barre.





coucou.
je remonte ce post parce que je ne sais pas trop ou aller.
je te cite Ptibrune, parce que c'est le genre de conneries que je fais en ce moment, pointer le négatif en espérant un électrochoc.
Moi qui ait toujours favorisé, le positivisme, félicité, remarqué les réussites plutôt que les échecs, voilà pas que je m'emporte, je pète les plombs, en gros je fais tout faux et je n'y crois pas.

comment faites vous pour gérer vos crises entre bipo?
je n'arrête pas de lire et relire le dernier ouvrage V. Trybou "comprendre et gérer les TOcs", notament le chapitre sur la psychoéducation et l'anxiété, comment réagissent les proches et quelles sont leur souffrance également..
je suis presque obligée de le lire quotidiennement en ce moment tellement je patauge et je m'enlise je crise et je m'enferre-

J'ai honte, car je sais que je peux tout foutre en l'air en faisant ça, je suis l'adulte et je ne gère pas
'ai fait des crises tellement violentes en réaction à celles de zoé, je ne me reconnais pas.
Je sais bien qu'il y a l'adolescence, que je en vais pas vers la simplicité mais parfois je pense que je suis uen idiote qui ne comprend pas, qui fait quelque chose de faux, je me sens tellement usée, submergée.

C'est cette vigilance, cet état de veille permanent qui m'enlise, je me sens vidée, et je ne suis plus capable de prendre un seul moment pour moi, bien incapable d'en faire quelque chose.
je ne parle même pas de mon métier de peintre, je procrastine, je recule, je ne m'avance plus d'un pas vers mon atelier, ça me fait flipper et je me demande comment en sortir.

et je suis confuse..je m'en excuse.

delph
Grand-cycle
Grand-cycle

Messages : 161
Date d'inscription : 10/10/2010
Age : 48
Localisation : lausanne, suisse

Revenir en haut Aller en bas

Re: interaction de ma cyclothymie avec les autres

Message par ptitbrune le Ven 21 Juin - 9:30

psy Je pense qu'un des problèmes, c'est que tu es un peu seule à faire face à tout cela. C'est utile d'aller faire 1 ou 2 séances de soutien avec un psy tcc. Parceque parfois les livres, internet ce n'est pas suffisant, quelque fois il y a un truc qui fait bloquer tout le reste et le psy, lui, arrive à dégripper.

zen Je pense aussi qu'il faut travailler sur le fait de vivre le moment présent, pas toujours cogiter sur l'avenir etc... ça tu peux y arriver avec le yoga, le mindfullness etc... 

belle Quand tu commences a avoir plein d'idées dans la tête, c'est que tu es en "burnout", même si tu n'as rien fait de spécial, ton cerveau ne gère plus. et bien accepte, c'est comme ça... donc t'en fais moins, tu délègues, tu vas à l'essentiel sans penser aux conséquences, à l'avenir ... juste tu ne fais que les impératifs pour éviter les galères : payer tes impots à temps par exemple (souvent c'est de l'administratif).
Et pour le reste et bien... pfffft pour le repas c'est sandwich, le ménage, il attendra ou tu demandes à une de tes filles de passer le balais etc...
Moi je fais des sudoku, ça me vide la tête, et parfois je fais "légume" devant la télé... je lis un polard... bref un truc qui t'extrait du quotidien et de l'avenir. Quand envie de flemmarder et bien je flemmarde ET PI C'EST TOUT !!! pas de culpabilité, rien de rien... Et si quelqu'un a à redire et bien qu'il se tape mon cerveau! nan mais!

love you Ah oui, aussi je fais des listes, et je fais une action par jour. Comme ça j'ai pas l'impression d'avoir rien fait, et ça permet de garder le cap malgré tout. Mais juste une chose, pas 2... et tout le reste c'est au ralenti.

Sleep Si je fais ça très vite quand ma tête se remplie, en général au bout d'une semaine ça revient, donc tu vois pas non plus une accumulation de retard insurmontable... et en préventif j'évite d'en faire trop, si pendant une journée j'ai fais la "tornade" houlala le lendemain je ralenti vitevite pour éviter ces périodes escargot.

study Quand à la création... là c'est beaucoup plus capricieux... mais il faut accepter ces périodes de vide créatif... en général, j'ai plusieurs activités créa : mon boulot, une partie Bicycle, la BD, des bricolage maison.... donc quand l'un bloque je tente avec un autre...


Bon je résume mes petites recettes perso Very Happy :
=> Ralentir le rythme de ma vie en général.
- sauter sur toutes les minutes de la journée pour flemmarder : pause clopes, sudoku, marcher dans la rue, se rappeler quand on était ado etc...
- accepter de flemmarder avec délectation en se concentrant uniquement sur les impondérables (faire plus c'est cerise sur le gateau)

=> M'organiser malin sans trop de contraintes :
- Faire des listes et faire une action par jour obligatoire.
- Tenir son agenda : le futur c'est sur l'agenda, pas dans ton cerveau!

=> Modulariser ma vie :
- Ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier : ça vaut pour les copines, la famille, la créa, déco .... rendre sa vie modulable ... (j'ai pas encore modulariser mes zamours... mais si ça continue... nan c'est joke Wink)

=> Avoir des petits trucs pour débrayer le cerveau :
- Quand ça mouline trop, stopper le cerveau avec un truc physique : calins, marche, sport, nettoyage... aller faire les courses.... Je refais un truc que ça fait super longtemps que je ne l'ai pas fait : cinoch, allez voir rosalie...

Voilà ce sont mes recettes Very Happy et parfois pfffiout ça *@&!/* rire... 
Et pi je te rappelle que ce temps de m. ça a énervé tous le monde et que moi aussi je me suis mise en colère ses derniers temps... c'est comme ça!

Conclusion : commence par le flemmardage éhonté sans culpabilité mdr!!!


Cyclomaman d'un CyclAdo
------------------------------------------
http://bicyle.forums-actifs.com/je-me-presente-moi-mon-enfant-notre-parcours-la-cyclo-chez-nous-f1/ptitbrune-mon-ptitbipo-t107.htm

http://www.bicycle-asso.org/
http://cyclopibipozorus.blogspot.com/

ptitbrune
Grand-bi
Grand-bi

Messages : 938
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 46
Localisation : 78

http://www.bicycle-asso.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: interaction de ma cyclothymie avec les autres

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 14:20


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum